On dit madame Amélia De la croix

Aller en bas

On dit madame Amélia De la croix

Message par Amélia le Mar 3 Fév - 16:04

Fiche de présentation de personnage

Nom: De la croix
Prénom : Amélia
Âge : c'est pas bien de demander l'âge à une Dame!... Mais puis que vous le demander, je crois que j'ai trois... cent... cinquante deux?.. j'ai arrêter de compté après le deux centième anniversaire. Mais ma fête c'est le 21 novembre... vous êtes mieux de ne pas l'oublier!
Sexe : féminin
Métier: couturière de grand noble
Race de votre Père: Dénartan
Race de votre Mère: Elfe

Description physique

Race: Vampire
Couleur de peau: un beau Beige-blanc porcelaine
Style de Cheveux : De long cheveux qui vole au vent, jamais attacher ou presque.
Couleur de cheveux : argenter
Style de yeux: Normal jusqu’à temps qu'elle aile faim. Là, elle devienne comme ceux d'une félin
Couleur de Yeux : Rubis, couleur sang! tout des synonyme parfait pour mes magnifique yeux rouge.
Trait qui démarque votre race: j'ai des oreille légèrement plus pointu que les elfe ce qui montre que mon père a marquer lus mon sang et j ai la peau pale

Vêtement : Je ne manque pas une journée sans mettre une de mes somptueuse robe de gala. Pourquoi se priver? ses bijoux de couture sont fait pour moi, il faut bien que je montre comment elles paraissent et en plus c'est pour montré le talent que j'ai. On dit peut-être que les cordonniers sont mal chaussé, mais moi je ne serai jamais une couturière mal habiller. Même dans mes journée de travail je suis bien habiller mais je en porte pas mes robes c'est trop compliquer avec las aiguilles et les objets coupants ça deviendrai trop risquer pour elle. Je mets donc mes pantalons et mes corsets. Par contre pour les hommes qui auront la chance de me déshabiller remarquerons qu'il est rare que je porte plus de trois morceau de tissu. j'en ai déjà connu qui s'amusait à deviner les quel que je portais... j’avoue que je fessais aussi des concours et le gagnant était bien récompenser.. mais on ne parlait pas de cela.
Collier/Bracelet etc. : elle porte un collier avec la croix de sa famille paternel si elle n'a pas le collier elle a le bracelet et la bague
Autre : Il est rare e compter plus de deux morceau sur la dame à l’exception fait des bijoux

État Physique : On me pose vraiment cette question? je suis une femme! je suis belle élégante je prend soin de moi et j ai de magnifique courbe que j'entretien avec amours!~ Le maquillage léger le matin fait parti de ma routine matinal. Il faut bien que j’accentue ses magnifique joyeux que la vie ma permis de voir à travers.. et plus ma magnifique chevelure doit être aussi préparé a affronté la journée!. Même si ce n'est qu un petit coup de peigne

Grandeur:  Je suis fière de mon Cinq pied et neuf

Tattoo/cicatrice : JAMAIS il y aura un cicatrice su ce corps! mais par contre je peu bien prendre une photo de ma splendide marque que j'ai hérité de la ligner de mon père sur le corps sous l'un de mes seins et qui descend jusqu'à bas de la limite d'un pantalon. À voir avec les petits caractères.

Faculté :  J'ai hérité d'un coté particulier de ma mère.. mes sens sont développé c'est magie. Je vois mieux les problème dans mes preuves et j’entends tout autour de moi ce qui me permet de savoir ce que le monde désir et surtout veut voir.

Élément : Gravité  (pression d'un tonne et aussi annulation d'une tonne)
Magie ou pouvoirs: la magie rouge
Arme : Elle a de nombreuse longues aiguilles en pierre précieuse qui sont fait pour être mortel.  elle en a environ toujours une dizaine sur elle. Mais elle en a des centaines chez elle. elles peuvent lui servir de plumes, aiguille à coudre d’épingle et finalement d'arme.

Description psychologique

Vous osez vraiment demander une question aussi absurde??? Je vous rappelle que l'on connait une personne en parlant et vivant avec elle et non en lui posant cette continuelle énigme. Chaque jour peut changé une personne et celle-ci peut agir différaient avec certaine personne. donc je vais vous laissez découvrir cela avec un immanence plaisir plaisir.

Histoire:

je serais née d’une mère elfe et d’un père dénartan. Cela m’importe peu, en toute franchise. Ces gens n’ont pas voulu me garder alors je ne vois pas pourquoi je me serais forcée à en apprendre plus sur eux. Tout ce dont j’avais besoin de savoir, c’est que cette elfe m’a portée auprès d’une famille dans un village près de Zonaef. Le couple s’est occupé de moi comme si j’étais leur propre fille, et par chance il était vampires tout comme moi. Peu importe la raison qui avait poussé mes parents biologiques à m’abandonner, j’étais bien mieux sans eux. Aux côtés de mes parents adoptifs, il m’a été permis d’entreprendre de grandes études dans lesquelles j’ai atteint ce qu’on pourrait considérer comme un niveau de doctorat. En quoi, vous vous demandez. En bien, je vais vous le dire, puisque vous insistez. J’ai étudié l’art de la magie rouge. Je la contrôle parfaitement. C’est aussi facile que de respirer, pour moi. Cependant, aussi belle que les choses peuvent sembler à vos yeux, il faut toujours qu’il y ait un imbécile pour tout gâcher.

Voyez-vous, il y avait d’autres vampires dans mon village et il semblerait que j’ai tapé dans l’œil de l’un d’eux. Du moins, un seul d’entre eux était assez persistant en ma présence, étant tellement présent dans mon espace personnelle que j’en arrivais à peine à réfléchir. Peut-être aurais-je dû utiliser ma magie sur lui comme j’avais pensé à la base, mais il est trop tard pour y penser maintenant. Bien trop tard. Alors que je n’étais pas sur mes gardes, il m’a sauté dessus. Il m’a agressé et m’a mordu violemment au cou. Impuissante à l’époque, j’ai senti mes maigres forces m’échapper beaucoup trop rapidement alors que lui ne pouvait pas se sentir mieux. Il s’est arrêté alors que j’avais la tenue d’une poupée de chiffon et m’a laissée là, tout simplement. Si j’avais pu décrire ce que j’ai ressenti durant ce moment, je l’aurai fait. Je l’aurai fait pour vous faire blêmir d’horreur, voir même vomir le maigre déjeuner que vous avez avalé il y a peu. s’aurait été une maigre consolation contre tout cela.Mais le pire pour moi, oui bien pire que cette lente agonie, ce fut la soif qui m’assaillit juste après. Je n’avais presque plu de sang. Il me fallait en récupérer. J’avais soif. J’avais besoin de boire, j’avais besoin de sang! J’ai tout de même réussit à garder un semblant de contrôle et me suis éloignée de mon propre village. Je suis tombée sur un village sans nom. M’étant retenue jusqu’alors, j’ai sauté comme un fauve sur le premier être vivant qui me tomba sous la main. Je l’ai vidé de son sang, essayant d’étancher ma soif, mais rien n’y fit. J’ai passé à un autre, puis un autre, puis un autre, ne sentant jamais ma soif s’éteindre. J’en devenais folle de rage. J’ai vidé le village entier de la vie qui s’y trouvait, me calmant, mais n’étanchant que moindrement ma soif. J’ai décidé de laisser ce carnage derrière moi. De ne pas retourner chez moi. Je n’avais nullement envie de retomber sur l’impertinent connard qui m’avait condamnée à un tel sort.

J’ai tout de même appris à contrôler ma soif, mais je ne me suis pas privée pour la laisser aller quand il m’était permis, et que rien ne mènerais à moi. Je m’amusais avec mes proies, les attirant, utilisant mon pouvoir et les menant à leur perte alors qu’ils pensaient avoir tout gagné. En fait, je fis une découverte incongrue durant mes expériences. Aviez-vous remarqué que le sang des hommes est différent quand ils atteignent l’extase ? Moi si, et c’est le meilleur parfum qui m’est été permis de goûter dans du sang. Tant de saveur, cette sensation enivrante qui me prit à la gorge, je n’avais jamais rien senti de tel avec du sang auparavant. J’avais enfin trouvé le sang qui me convenait.

Mais malgré cette soif qui trouva finalement tarissement, je reste une dame. J’ai remarqué une boutique sur mon chemin. Cette boutique était spécialisée en confection de vêtements et en couture. Je ne puis l’expliquer, mais quelque chose m’attira en tout cela. J’ai donc décidé de me mettre à étudier tout cela. Ces petits détails, ces points, ces retouches à droites et à gauches…à la base, je n’y comprenais pas grand-chose, mais chaque petit détail qu’il me fut permis d’apprendre, je l’ai développé à la perfection. J’ai toujours consacré mon temps et mes pensées sur ce que j’étudiais, mais ce fut une véritable passion qui me prit pour ce domaine. Mais rester dans ce village me limitait. Il fallait que je découvre bien plus sur ce domaine. Je ne laisserais pas un seul détail m’échapper. J’ai quitté le village pour commencer à voyager de nouveau, en apprenant le plus que je pouvais trouver. Je crois bien que cette recherche effrénée durant près de 150 années.

Mais, aussi étrange que cela peut sembler, je m’étais attaché au petit couple dans mon village. Après un certain nombre d’années, je me suis surprise à penser que je voulais les revoir. J’ai donc décidé de retourner sur mes pas. Le village fut facile à trouver, je n’oublie jamais des détails. Mais la première chose que j’ai retrouvé en ces lieux, ce fut ce vampire. Précisément celui qui l’avait transformé. De mon point de vue, ce fut une chance sans précédent. Je me suis approché de lui. Autant avec mon charme sans pareil qu’avec mon don pour la magie rouge, je l’ai amadoué, cajolé, m’assurant qu’il soit le plus attiré et qu’il ait le plus chaud possible. Il fut celui qui sembla commencer, mais j’étais celle qui avait gagné. Alors qu’il se laissait aller et qu’il voulut répéter les actes de cette première nuit, ses yeux se remplirent d’horreur en sentant mes propres crocs percer sans retenu la chair tendre de son cou. Je l’ai complètement vidé de son sang, le laissant choir au sol sans une seule once de vie restante dans son regard à jamais pétrifié par l’horreur et la peur qui l’avait assaillit. Je m’étais sustenté de lui et en avait fini avec sa misérable existence.

Mon esprit finalement en paix, je me permis de reprendre une routine plus calme. J’ai décidé de faire mes preuves et de m’incruster dans un cercle d’artisanes. J’y étais heureuse. Je vivais de ma passion. Je travaillais avec plaisir, parfois même sans regarder ce qui se passait autour de moi. Je ne regardais tellement pas que, un jour, j’ai accroché une bobine de fil dont j’avais besoin. J’ai tendit la main, me demandant pourquoi cette chose ne pouvait pas simplement s’élever pour venir à moi. C’est alors que sous mes yeux je l’ai vu commencer à s’élever. Lentement. Je l’ai observé monter ainsi, passant devant mes yeux pour aller se coller au plafond. Il n’était pas très haut, alors je l’ai simplement pris de ma main, sentant une étrange force le retenir au plafond. Ce fut étrange, mais rien au monde n’aurait pu détruire la fierté qui me pris quand, durant mon travail, un noble vint me voir, puis un autre, et un autre, ne regardant même pas l’œuvre des autres artisanes. Ils venaient tellement vers moi, que je me suis gonflé de fierté et j’ai travaillé encore plus sur mes propres créations, les développant encore plus et les rendant de plus en plus complexes, attrayantes, allant parfois écouter les commentaires des nobles pour ajuster mes œuvres. Les nobles apprécièrent ces petites attentions et plusieurs commencèrent à me faire des demandes précises, des commandes. J’avais atteint un autre niveau. J’étais maintenant une vraie couturière. Une Couturière de Noblesse.

J’ai donc recommencé à voyager. Mon art ne pouvait pas..être gardé cloîtré dans un petit bâtiment avec des amateurs. Le monde devait profiter de mes talents. J’ai étendu mon expertise partout, les nobles courant sur mes traces pour que je leur fasse profiter de mes talents. J’ai bien de l’ambition, cependant. Je crois bien que je vais viser un peu plus haut que les nobles. Qui sait, peut-être pourrais-je habiller un roi?

Codes: Validé

détail:

tattout

avatar
Amélia
Inconnu

Messages : 9
Date d'inscription : 01/02/2015
Age : 354

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum