Élise, toujours là pour ma Dame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Élise, toujours là pour ma Dame

Message par Élise le Ven 6 Fév - 17:06

Prénom : Élise ((signifie Dieu est Serment))
Âge : J’ai eu ma deux centième année au solstice du printemps, alors venez pas me traiter de gamine!
Sexe :  féminin
Date de naissance : En plein solstice de printemps
Métier: Joaillière
Race de votre Père: Schim
Race de votre Mère: Dénartan

Description physique

Race:-Arkan

Couleur de peau: Un beige grisâtre

Style de Cheveux : Assez longs et un peu sauvages, prenant des frisotis qui pourtant semblent réguliers, ils aiment peut-être pas la chaleur.
Couleur de cheveux : Complètement noirs…bon d’accord, ya des reflets bleus, et alors?!

Style de yeux: Pupilles de chat
Couleur de Yeux : Arrête de me fixer ! Je sais qu’ils sont bleus à un tel point que le ciel a l’air blanc, mais c’est pas une raison !

Trait qui démarque votre race: Je suis très fière de ma queue et de mes griffes. Elles me permettent de faire fuir ceux qui ne valent pas la peine d’être confrontés.


Vêtement : Je porte une chemise blanche immaculée, il me faut être présentable, dont plusieurs m’ont dit qu’ils la trouvaient un peu courte pour une personne de mon âge. J’ai un chemisier noir brodé de blanc. J’ai des boutons de manche dorés. Je les ai fabriqués moi-même. Je porte une jupette noire qui finit à la moitié de mes cuisses. Ça me laisse bouger ma queue en toute liberté. Je porte toujours des bottes hautes lacées. Je fais pas confiance aux fermetures éclairs, bon.
Collier/Bracelet etc. : J’ai une ceinture autour de la taille, une cravate autour du cou que je ne resserre jamais, ça m’étouffe. Ah! Et une montre de poche dont j’ai attaché la chaine à la ceinture.

État Physique : Apparence fragile, mais faut pas s’y fier hein? J’ai pas pour habitude de pleurnicher pour un ongle cassé.
Grandeur: 5 pied 6, non j’ai pas la taille d’un géant mais j’en ai pas besoin!

Tattoo/cicatrice : J’ai la marque de mes deux éléments derrière mon épaule gauche et aussi une autre marque en plein milieu de mon dos gravée au fer chauffé à blanc. C’est une cicatrice dont je me serais bien passé et à la fois pas. Elle a la forme d’ailes assez particulières. Ironique quand on sait que c’est la marque l’on donne à des esclaves.

Ma marque de naissance


La marque au fer chauffé


Faculté : J’arrive à voir dans le noir assez loin s’il y a au moins une faible source de lumière. J’ai des yeux de chats, mais j’ai besoin d’au moins un petit filet de lumière pour y voir des teintes de gris partout. Mais, si je n’y vois rien, je peux me fier à ma queue. Elle est aussi sensible que celle de mon père et me permet une meilleure agilité et une plus grande vitesse. J’ai gagné l’ouïe de mon père aussi. Je peux entendre une clé tomber dans des débris d’un village et savoir exactement où elle se trouve. Marrant, non? J’ai hérité de la sphère qui emmagasine l’énergie comme ma mère. Avec ça, je peux durer un assez long moment. Je dois faire attention, par exemple, parce que faire une crise de manque d’énergie, c’est pas la joie. Et faut je fasse attention pour qu’elle ne soit pas percée, ça fait un mal de chien à ce qu’il parait.

Autre : J’ai hérité de la régénération plus rapide de mes parents.

Élément : Feu et Terre

Arme : Un Nodachi de trois pieds dont le manche est couvert de deux rubans de soie, un bleu et un noir. Il y a un filigrane en or au bout du manche. Petit pince délicate ne servant qu’à la manipulation des pierres précieuses et aiguilles pour enfiler les pierres ensemble. Marteau et maillet.

Nombre : Une épée, deux pinces et un petit paquet, je dirais cinq, d’aiguilles parce que même si je peux l’entendre tomber, j’ai pas toujours le temps de la ramasser la foutu aiguille, surtout si je cours. Le marteau, c’est pour les grosses pièces, les modeler quand c’est chaud. Le maillet, c’est pour les petites pièces.

Description : J’ai remarqué qu’en insufflant mon énergie vitale dans la lame de mon Nodachi, je pouvais mettre des flammes dessus sans la faire fondre. Chouette, non? Je vous laisse voir pour en juger !


Description psychologique

Elle est loyale et dévouée envers Dame Amélia qui a gagné son respect de manière spectaculaire. Elle agira souvent comme un soldat, ayant retenu des hommes qu’elle avait côtoyé que l’honneur passait avant tout, et ira même jusqu’à désobéir à un roi si sa dame lui demandait le contraire. Elle surveillera son langage le plus possible auprès de sa dame, mais se lâchera lousse dès qu’elle ne sera pas dans les parages. Elle parle un peu bizarre pour certains, mais elle s’en fou pas mal. Elle a quand même une assez bonne estime d’elle-même, bien qu’elle ne se mette jamais sur le même pied d’égalité qu’Amélia, alors que les gens la traitent de monstre ne l’affecte pas le moins du monde. Elle profite de la vie qu’elle a reçu et considère cela normale d’être là pour sa maitresse, peu importe la situation. Ayant un côté un peu soldat, elle respectera les gens qui se battent pour une raison, mais ne fera pas ce quartier si l’un d’eux devait s’approcher de trop près de sa dame avec une arme. Bien qu’elle ne le montre que rarement, elle a une certaine fascination pour les arts magiques et les pouvoirs. En voir à l’action peut lui faire perdre l’attention si elle n’a pas la tête décidée à faire quelque chose pour sa maitresse ou qu’Amélia elle-même soit là. Elle n’a pas un très bon sens de l’orientation dans un bâtiment un moindrement grand, mais elle n’aura aucun problème à se retrouver dehors.

Aime : Travailler avec ses deux éléments; développer ses talents; goûter à des trucs; en apprendre plus sur le monde;

N’aime pas : Être dans un grand bâtiment où elle ne voit que des fenêtres comme sortie; les odeurs fortes ((les hommes et leurs parfums, ça donne le tournis !));

Déteste (parce que oui il y a une différence pour elle)  : Se retrouver enfermée ou simplement dans une petite pièce ((claustrophobe)); que les gens à qui elle tient soient blessés ou pire;

((Je risque de développer un peu plus avec le temps))

Histoire:
Vous savez, j’ai pas toujours été aux côtés de Dame Amélia. J’ai pas juste apparu de nulle part comme ça comme un esprit invoqué ou n’importe quel truc qui a pu vous passer par la tête. J’ai beau faire partie d’une race qui sonne et à l’air démoniaque, ça ne fait pas de moi un démon nécessairement. J’ai pas appris la magie noire, moi! Enfin bref, je suis née d’une mère dénartan et d’un père schim, ce qui fait de moi une arkan. Mon père a décidé de m’apprendre c’qu’il fallait pour être un soldat dès qu’j’ai su marcher. Il me l’a inculqué rudement, disant que j’devais être aussi forte qu’un mâle. Ils auraient voulus avoir un garçon à la base. Pourquoi j’dis ça? Eh bien, parce qu’ils le disaient tout le temps. À chaque fois que j’ratais quelque chose, que je répondais pas comme un garçon l’aurait fait, que je réagissais en fille… à force, j’me suis formé une façade. Avec mes parents, j’étais un mâle. Dès que j’étais seule, j’agissais comme il me plaisait. C’est dans ces moments que j’en découvrais le plus possible sur le monde. J’ai laissé ma curiosité sur le monde me guider vers une forge. Les voir travailler ainsi avec le feu et le métal me ravissait. Évidemment, j’sais pas faire de métal. Donc, j’ai essayé d’utiliser ce que mes parents disaient que j’aurais dû posséder à la naissance. Mes éléments à moi. Je ne leurs ai jamais montré, mais j’avais découvert mon don pour le feu et pour la terre quand j’étais seule. Le feu alors que j’avais froid. La terre alors que j’avais eu peur. Je me rappelle plu pourquoi. Mais j’étais peureuse dans le temps. Jusqu’à ce que je développe mes éléments. J’ai beaucoup plus d’aisance avec le feu. Il brûle en moi comme une flamme, la lumière dont j’ai besoin, la force qui me pousse à aller de l’avant. La terre semblait rester à l’écart. J’arrivais à l’utiliser comme bon me semblait, mais je me sentais un peu plus épuisée après. Avec ces dons, j’ai tenté d’reproduire ce que les forgerons faisaient. J’arrivais à donner la forme que je voulais, mais c’était pas une épée de fer ou de métal que j’avais en main. C’était des lames de pierre précieuse.

À mes quatorze ans, mon père décida de me jeter dehors. Il disait que c’était une coutume, une règle de notre religion qu’on arrivait à peine à suivre par la faute des anges. J’ai pas rouspété. Je savais que ça ne servait à rien, surtout en voyant la lueur dans le regard de mon père. Il avait attendu ce jour avec impatience durant les quatorze dernières années et était heureux de se débarrasser de l’erreur qu’il avait devant les yeux. Je suis donc partie. Puisque j’avais rien pour me défendre, j’ai décidé de me forger une lame avec mes dons. Je l’ai travaillée longtemps. Je crois bien que j’y ai passé un mois complet à refaire des couches, remodeler, ciseler, avant d’être satisfaite du résultat. La lame donna un mélange de saphir et de rubis, pierre précieuse parmi les plus solides. Je l’ai nommé Ikoji, ça signifie acharnement. J’avais l’intention de survivre même si personne le voulait. Cette lame, elle représentait toute ma persévérance. C’est ma lame à mes côtés que j’ai commencé mon voyage.

Comme je m’y attendais, c’est pas parce que tu veux vivre que les gens vont te laisser vivre en paix. Je portais pas les mêmes fringues qu’aujourd’hui. Dans le temps, je portais un pantalon et un chandail sous une veste, un peu comme un soldat. Apparemment, cacher le plus possible, ça attire les gens le plus possible. Surtout quand on se promène avec une lame en pierre précieuse. Je n’avais pas trouvé de fourreau pour la ranger correctement, elle était donc bien en vue. Je dois avouer que, à part quand je tuais des bêtes pour manger, je n’avais jamais combattu qui que ce soit pour de vrai. Je me suis retrouvée encerclée de partout par des hommes. Non, à bien y penser, ce n'était pas des hommes, mais des elfes. J’ai quand même sortit ma lame, prête à me battre. J’avais été élevée en soldat, après tout. Mais je n’avais pas encore l’expérience requise pour un combat seul contre tous. J’me suis vite fait écraser par le nombre d’adversaires et assommée pour ne plus causer de problème. J’étais encore bien trop jeune. Je devais avoir eu une trentaine d’années. Je me suis réveillée dans une petite pièce sans lumière, ma queue attachée en un nœud, les bras devant moi mais bien trop collés pour m’être utiles. J’arrivais à peine à voir quelque chose, ma queue était engourdie et mes yeux ne voyant rien. Je ne peux dire combien de temps je suis restée là. Des jours, des semaines. Tout ce que je sais, c’est que le temps semblait une éternité pour moi. Au début j’ai crié, mais ma voix qui s’est répercutée contre les parois m’a fait mal à mes oreilles. Je n’allais pas me rendre sourde alors que j’avais déjà perdu la vue dans ce trou! J’ai donc gardé le silence, permettant à mon ouïe de me dire ce qui se passait autour. De petites gouttes d’eau, de petites bêtes qui se promenaient, il ne semblait même pas y avoir de véritables formes de vie autour. Du moins, jusqu’à ce que j’entende des bruits de pas multiples venant dans ma direction. La porte s’est ouverte, m’aveuglant sur le coup. La lumière vive d’un coup, c’était pas agréable. J’ai senti des mains m’attraper par les bras et me soulever de sol sans que je puisse réagir. J’ai essayé d’augmenter ma chaleur corporelle, mais ils ne semblèrent pas réagir. De plus, ne touchant pas le sol, je n’arrivais pas à m’aider de la terre. On m’a trainé dans un endroit qui était bien plus chaud que le reste et couché sur une table en métal. C’est là que j’ai commencé à récupérer ma vision. J’aurai préféré pas. Mes yeux tombèrent droit sur une tige en fer forgée chauffée à blanc qu’un elfe venait de sortir des flammes. Si j’avais été peureuse avant, je n’avais jamais eu une telle frayeur et une telle horreur qui m’ait pris les tripes. N’ayant pas ma veste sur le dos, je savais parfaitement ce qu’il voulait faire. J’ai essayé de me débattre, mais mes forces m’avaient abandonnés depuis longtemps. J’ai vu l’elfe se rapprocher en prenant son temps et baisser son regard sur moi avec un large sourire avant d’approcher la tige de fer. La douleur que l’on ressent…je ne la souhaite à personne. Même aujourd’hui, je peux encore la sentir à la simple mention d’une brûlure. Un simple frôlement sur la marque. Après ce jour, j’avais cru que rien ne pourrais être pire. J’ai vite changé d’avis le jour où ils m’ont sortis de nouveau de mon trou pour me mettre sur une estrade à la vue de tous. L’un de ces elfes qui me retenaient gardait Ikoji dans ses mains comme si c’était quelque chose qu’il comptait garder pour lui. Il n’en étais pas question. J’avais mis toutes mes promesses et ma persévérance en Ikoji. Je n’allais pas le laisser prendre ma lame. Je me suis débattue, montré les crocs. J’ai tenté de donner des coups de pieds et j’ai enflammé mon corps en entier pour qu’ils me relâchent. J’avais sûrement plus l’air d’une démone ainsi, mais j’en avais rien à foutre. Ils ne prendraient pas ma lame! Du moins, c’est c’que je m’étais dit, mais je suis tombé sur plus fort que moi et je me suis fait écraser au sol. Celui qui tenait ma lame s’est approché, le tranchant vers le sol, vers mon cou. Ma lame…celle que j’avais confectionnée de mes propres mains…j’allais être tuée par ma propre lame. J’ai levé les yeux vers l’elfe, lui démontrant toute ma haine alors qu’il soulevait Ikoji pour l’abattre sur mon cou… mais il n’en fut rien. Il figea là, son regard se détournant de moi. Il ne fut pas le seul. Je senti presque celui qui me retenait desserrer sa prise. J’ai suivi le regard de l’elfe pour me retrouver un peu médusée. Dame Amélia s’est avancée parmi la foule, portant une longue robe violacée avec une boucle à la hauteur de ses hanches, ses longs cheveux scintillants sous le soleil. Elle s’est approchée de l’estrade, faisant du charme aux elfes. Je n’y comprenais plus rien. Ces elfes avaient totalement oublié ma présence alors qu’ils avaient clairement l’intention de me trancher la tête un instant plus tôt. J’ai observé la dame, un peu perdue. Elle se rapprochait d’eux, ignorant complètement ma présence, et charmait les elfes qui se trouvaient là. J’en étais sans voix et je suis restée sage. J’étais déjà condamnée alors autant rester un peu plus en vie…jusqu’à ce que je voie les elfes tomber un à un. J’ai vu dame Amélia tournoyer avec de longues aiguilles entre ses doigts, semblant danser alors que les elfes tombaient comme des mouches. C’est seulement quand ils furent tous tombés qu’elle baissa le regard vers moi. Placée ainsi, j’ai cru voir un halo qui l’entourait, comme si une déesse était descendue pour me regarder. Elle m’a relevé, détachée, sous mon regard complètement ébahis et perdu. Elle venait de me sauver la vie. J’ai ramassé ma lame, Ikoji, et me suis tournée vers dame Amélia, le regard déterminé. Elle m’avait donné une nouvelle chance de vivre. Je voulais l’aider à son tour. Lui prouver à quel point je lui étais reconnaissante.

((Il va falloir que je discute plus en détail avec dame Amélia sur ce côté-là. Une chose est sûre, elle lui fit le serment de l’aider tant et aussi longtemps qu’Amélia aurait besoin d’elle et ça même si ses ambitions avaient portées fruit))
-Elle a été emporté sur la place de Trayrir quand dame Amélia l'a trouvée.


Codes: Validé


Dernière édition par Élise le Sam 7 Fév - 6:17, édité 1 fois
avatar
Élise

Messages : 28
Date d'inscription : 05/02/2015
Age : 202

Voir le profil de l'utilisateur http://crystalelements.forumactif.org/t190-elise-toujours-la-pou

Revenir en haut Aller en bas

Re: Élise, toujours là pour ma Dame

Message par Fanakeh le Ven 6 Fév - 21:36

Ooooh~ Très interressant. Voilà un personnage inspirant :3.

Je n'ai absolument rien a redire à ta fiche XD c'est parfait!

Je te souhaite la bienvenue pour pouvoir proprement protégé ta maitresse.

_________________
Spoiler:
avatar
Fanakeh
Admin

Messages : 197
Date d'inscription : 23/11/2011
Age : 28
Localisation : Monatéa

Voir le profil de l'utilisateur http://crystalelements.forumactif.org/t17-presentation-de-fanake

Revenir en haut Aller en bas

Re: Élise, toujours là pour ma Dame

Message par Yumix le Ven 6 Fév - 22:51

Tiens?! Il me fait plaisir de voir que d'autre esclave ont réussi à se sortir de l'enfer. Je suis aussi heureux que vous soyez en un seul morceau.

Si jamais vous avez besoin de quoi que se soit, n’hésiter pas Smile. Je ferais tout ce qui est mon pouvoir pour vous aidez.

Bienvenue!
avatar
Yumix
Admin

Messages : 242
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 87
Localisation : Base militaire des Dénartans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Élise, toujours là pour ma Dame

Message par Hanreiiel Lauviah le Sam 7 Fév - 0:02

Oh! J'aime beaucoup ta fiche. Original avec beaucoup de personnalité. Le personnage est bien développé et on le cerne bien.

Bienvenue parmi nous! Malheureusement, je n'aime pas les personnes possédant du sang de dénartans, donc tu n'auras pas de passe droit chez les anges Wink

La grande Hanreiiel Lauviah

_________________
Spoiler:
avatar
Hanreiiel Lauviah

Messages : 97
Date d'inscription : 22/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Élise, toujours là pour ma Dame

Message par Seth le Sam 7 Fév - 0:12

Pas un autre qui fait une fiche très longue XD Bienvenue dans notre monde.

_________________
Tattoo de Seth


Spoiler:
avatar
Seth

Messages : 147
Date d'inscription : 11/02/2012
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Élise, toujours là pour ma Dame

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum