Je me pensais en sécurité (pv Yurushi)

Aller en bas

Je me pensais en sécurité (pv Yurushi)

Message par Masaru le Dim 10 Déc - 22:57

Esati, finalement cette ville était en vu, il ne restait plus beaucoup de chemin à faire, bientôt il serait en territoire des monstres, il allait finalement savoir qu’est ce que ses militaires ne voulaient pas qu’il voit et où il ne voulait pas qu’il aille, plus qu’une douane à passé et il serait enfin à son objectif. Il avait passé beaucoup d’épreuve pour y arriver, mais maintenant il y était. Il ne savait pas pourquoi, mais il sentait que cette endroit serais sécuritaire. Là bas, il pourrait finalement dormir sur ses deux oreilles, sans craindre de ce faire attaquer ou encore tuer pendant qu’il dormait. Malheureusement, il commençait à faire noir, il ne pourrait surement pas traverser ce soir, mais il n’avait qu’à trouver une auberge, la présence de la base militaire assurerait sa protection pour ce soir. Ce serais surprenant si les humains essayaient de l’attaquer si prêt d’une base militaire d’un autre peuple. Plus que quelques minutes de marche et il serait à porté de vu de la ville.

Si seulement tout c’était passé si facilement, mais non c’était leur dernière chance, il était certain qu’ils la prendraient. Sortant de la nuit, des lumières s’illuminaient tout autour de lui, il était encerclé. Tous avait leur lumières braquer sur lui, on aurait dit qu’il était en plein jour, mais ceci était t’il visible de la ville? Peut importe il devait trouver une façon de fuir.  Quand les hommes furent en vue, assez prêt pour qu’ils ne puissent pas manquer lui cible, Masaru leva les bras levant un mur de vent en même temps que le feu commençait à pleuvoir sur lui. Plusieurs type de projectiles furent tiré, certain filet et d’autre seringue contenant un anesthésiant, mais pas que, quelques balles réel tombèrent au sol. Quand ils commencèrent à rechargé, Masaru dégaina ses pistolets en se relevant et il tira deux balles à son tour tuant deux adversaire sur le coup qui tombèrent au sol, deux de moins. Se lançant au sol quand le feu recommença, il attrapant l’arme d’une de ses victimes pour tiré sur un autre opposant qui tomba à son tour. Relâchant l’arme puisque elle était attachée au cadavre, il récupéra sa propre arme qu’il avait lancé durant ca chute pour attraper l’arme automatique.  Se relevant en créant des boucliers d’air pour bloquer les projectiles, il fonça vers un des soldats en abatant deux autres soldats. Fessant tourner son pistolet dans sa mains, il vient pour frapper un autre soldat au visage tout en continuant son chemin, mais en une fraction de seconde il se retrouva au sol sans qu’il puisse réagir et la crosse d’une arme viens s’abattre sur sa tête, l’assommant sur le coup. Un des soldats avait un exosquelette et avait simplement attrapé son poignet avant de le faire tourner pour le projeter au sol et avait ensuite prit son arme pour l’assommer.
avatar
Masaru
Populaire

Messages : 188
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je me pensais en sécurité (pv Yurushi)

Message par Yurushi Aito le Mar 12 Déc - 19:34

Yurushi avait eu vent d’un objet bien précieux : la vente d’un des cristaux des éléments. Était-ce vrai? La seule manière de le savoir était d’aller voir. Le roi avait donc quitté Kagéma aux bons soins de sa jeune sœur pour se rendre dans cette ville. Il n’était pas à dire qu’il se rendait au marché noir. Avant tout, il devait passer la douane. Cela ne se fut aucunement un problème. Il avait beaucoup d’argent, donc il pourrait acheter le silence d’une ou deux personnes au besoin. Certes, avant d’arriver à cette fin, il utiliserait les autres pièces sur son échiquier.

Il quitta donc tôt dans la soirée pour se rendre dans ce mystérieux endroit sur le territoire des schims. Il enfila son long manteau noir, couvrant ses vêtements habituels : une chemise violette et un pantalon agencé à celle-ci. Il laissa son couteau rétractable à la maison, sur sa table de chevet. En aucun cas il ne voudrait se le faire confisquer par les gardiens du territoire.

Le territoire se situait à la limite du sien, il y avait donc déjà jeté un coup d’œil étant jeune. Les deux peuples se côtoyaient plus fréquemment que ce qu’on aurait pu le croire. Yurushi n’interdisait pas le mélange de races. Certes, afin de ne pas imposer drastiquement sa façon de penser à son peuple, il se montre un peu plus fermer d’esprit. Cependant, il a vécu plusieurs années au milieu d’un peuple mixte où il a combattu parmi ses frères d’armes qui n’avaient aucunement la même apparence que lui. Bref, il avait certaines connaissances sur ce territoire, d’où il tenait ses informations.

Il passa la douane sans encombre. Après quoi, il alla se louer une chambre dans un grand hôtel. Une fois bien installé, Yurushi alla se promener dans les rues sombres de la ville d’Esati. Son but était effectivement de trouver l’emplacement de ce fameux commerce appelé « l’étoile montante ». Un peu cliché comme titre. Titre qui n’avait tellement pas d’imagination qu’il ne donnait même pas envie d’aller y jeter un coup d’œil. C’était peut-être pour cette raison que le propriétaire l’avait choisi. Mais bon, rien ne lui valait de s’acharner sur la question.

Longeant la bordure de la ville, les sens aux aguets d’une intéressante situation, il entendit des coups de feu lointain. Voilà de quoi l’occuper. Avec un peu de concentration, Yurushi étira son détecteur gravitationnel pour connaitre la position de cette scène de combat. Elle n’était qu’à quelques kilomètres sur sa gauche, en dehors de la ville en question, donc, sur son territoire. Et il n’avait pas autorisé une quelconque chasse à l’homme. À moins que ces pauvres gens ne soient tellement désespérés de tuer l’animal qu’il avait trouvé pour le manger, qu’ils utilisaient toutes leurs munitions...

Le roi marcha d’un pas tranquille, restant aux aguets d’une quelconque attaque. Cette ambiance sombre lui rappelait le bon vieux temps, avec ses amis. Cela lui étira un petit sourire nostalgique. Il ne mit pas de temps à se transformer en un sourire amusé lorsqu’il vit une troupe d’hommes qui chassait… un dénartan? Difficile à dire. Cependant, il voulait savoir exactement ce qui se passait devant ses yeux curieux… il devait le savoir.

- Bien le bonsoir, messieurs. Je me demandais qui pouvait vider son chargeur sur une pauvre bête en fuite. Veillez-vous identifier.

Yurushi haussa le ton afin que ses interlocuteurs puissent l’entendre. Sa voix était autoritaire, mais aucunement agressive. Son échiquier se mettait en place pour aller chercher « le roi inconscient » qui se trouvait à côté de la reine : « l’homme robot ». Le dénartan finit par reconnaitre les petites cornes qui ornaient la tête de son semblable. Un sourire satisfait étira la commissure de ses lèvres. Voilà qui rendait la partie encore plus intéressante.

Les soldats se retournèrent, surpris qu’un intrus viennent les déranger durant leur mission. Ces derniers se montraient agressifs, ne voulant en aucun point donner raison au roi des territoires dénartanes. Utilisant ses pouvoirs à bon escient, il atteignit rapidement la cible pour lui mettre la main dessus. Une fois cela fait, il les téléporta devant son hôtel. Le corps inerte tomba lourdement sur le sol. Yurushi n’avait pas vraiment l’habitude de passager ayant perdu conscience. Il jugea le corps allonger au sol, se demandant la meilleure méthode pour le transporter.

Sa troisième idée fut finalement celle qu’il employa. Il s’accroupit et enroula le bras lourd du jeune homme autour de son cou. Avant de se relever, il allégea la masse de celui-ci. Dans le mouvement, cette même main alla l’agripper au niveau de la ceinture pour maintenir le corps debout, coller sur le sien, tandis que son autre main stabilisait le bras par-dessus ses épaules. Ensuite, après avoir fait quelques pas, il l’amena à sa chambre. Il l’étendit sur le lit. Même s’il n’avait dépensé que peu d’énergie, il en profita pour faire le plein tout en restant à son chevet, une tasse de thé chaud à la main.
avatar
Yurushi Aito
Connaissance

Messages : 88
Date d'inscription : 01/02/2015
Age : 237
Localisation : Kagéma

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je me pensais en sécurité (pv Yurushi)

Message par Masaru le Mar 12 Déc - 22:47

Qu’est ce qui c’était passé? Il lui avait pourtant semblé être bien parti, il avait maitrisé deux? Non pet être plus de ses agresseurs. Il était si prêt du but, il ne restait même pas quelque heure avant qu’il puisse passer la frontière et arrivé en territoire sécuritaire a ce qu’il croyait. Mais de toute évidence, il était trop tard, il allait être renvoyé a cette endroit, la ou il avait été tant torturé et détruire, il n’aurait surement jamais une autre occasion de s’enfuir. Il allait retrouver sa cage et peut être même pire et cela uniquement s’ils avaient encore besoin de lui. Plus jamais, plus jamais il ne serait libre. Il ne trouverait jamais des personnes qui le considéreraient comme un des leur, un endroit où il aurait eu une vrai vie.

La nuit commença a laissé place au jour quand finalement Masaru commença à reprendre conscience. Il ouvrit lentement les yeux et n’arrivait pas à distinguer son environnement. Sa vision lui renvoyait des images qui auraient bien pu être le toit d’un hélicoptère comme celui d’une forêt qu’il n’aurait pas fait de différence. Ses oreilles perdu dans des bruits étouffer ne le renseignait pas plus tout comme son nez qui lui renvoyait seulement une odeur métallique, du sang surement. La seule chose qu’il pouvait être sûr était le mal de tête qu’il avait, ce mal si caractéristique, qu’il ne se doutait même pas de sa provenance, un morceau de sa jeunesse on pourrait dire. Quand finalement il retrouva le contrôle de son corps une fois l’étourdissement passé, il commença à sentir la douceur des couvertures et non le métal d’une cage. Il se releva d’un coup avant de faire un malaise et retomber lourdement sur l’oreiller.  Difficilement, il glissa sa main jusqu'à sa tête pour aller frotté l’endroit qui lui fessait mal. Il ne fallait pas être un génie pour ce rendre compte que ce n’était pas ses agresseur qui le retenait désormais.

- Que c’est-il passé? Où suis-je? Où sont ceux qui m’ont fait ca?
avatar
Masaru
Populaire

Messages : 188
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je me pensais en sécurité (pv Yurushi)

Message par Yurushi Aito le Mer 13 Déc - 20:09

Yurushi resta au chevet du dénartan toute la nuit, lisant tranquillement un livre avec sa tasse de thé. Une certaine impatience de le voir se réveiller lui saisissait les tripes. À chaque fois, ses pensées calmaient sa hâte. Après la cinquième fois, il se leva. Il jeta un regard au jeune homme avant de quitter la chambre. Il ferma le rideau, puis verrouilla la porte pour qu’une personne indiscrète ne vienne prendre son bien. S’il n’était pas là et que le jeune homme inconscient se réveillait, il y avait une possibilité qu’il détruise tout sur son passage… À cette idée, Yurushi haussa les épaules. Il paierait. Voilà tout.

Le roi retourna dans la pénombre de la nuit, trouvant finalement cette fameuse « étoile montante ». Une personne se trouvait derrière le comptoir, couverte d’une grande cape noire. Sans retenu, Yurushi s’avança pour aborder l’inconnu en face de lui. Il fut accueilli par une paire de yeux dorés, brillaient de mille feux, faisant un parfait contraste avec la noirceur qui les entourait. Il le salua d’un hochement de tête, lui mentionnant brièvement la raison de sa visite. Son interlocuteur lui sourit à pleine dents. Des dents d’une blancheur immaculée, avec des canines pointues. Son premier soupçon fut que le propriétaire de cette boutique était sûrement un vampire. Il lui offrit une carte… une carte. Yurushi soupira, visiblement insatisfait de sa découverte. Le vendeur demandait maintenant son dû. Devant la réticence de l’acheteur, celui-ci le menaçant.

- Visiteur, ne voulez-vous pas sortir d’ici vivant?

Cette question fit rire le roi. Après tout, il y avait eu un échange, il lui donna donc la moitié du prix de l’article. On lui avait bien dit que ce serait le cristal, et non une carte qui menait possiblement à ce dernier. Le vampire sauta par-dessus le comptoir pour venir le prendre à la gorge, prêt à boire goulûment son sang. Yurushi mit sa main sur la tête de son agresseur, donnant une petite décharge. Suffisante pour faire vibrer ses cellules, mais d’une telle force à faire fondre ses neurones.

- Vendeur, ne voulez-vous pas vivre? dit-il sur le même ton qu’avait employé ce dernier.

Il se retira, le regard mauvais. Yurushi fit donc un immense détour pour se rendre à son hôtel, réduisant ainsi ses chances d’avoir été suivies. Une fois dans l’hôtel, il entra dans quelques pièces, passant une ou deux minutes dans celles qui étaient vides. Certes, ceux-ci étaient soient un bureau ouvert à la clientèle ou un endroit publique, comme une bibliothèque, un vestiaire ou même une piscine.

Le dénartan fut donc de retour dans sa chambre, où dormait toujours sa recrue, vers cinq heure du matin. Il soupira en constatant qu’il ne pourrait pas dormir dans un lit cette nuit. Après une douche, il alla se coucher sur une chaise berçante. Elle se révéla être plus confortable que ce dont elle n’en avait l’aire. Dans le temps de le dire, Morphée avait déposé sa poussière d’étoile pour le guider vers le pays des rêves.

Cerbère. Yurushi se réveilla en sursaut. Son corps était trempé de sueur. Son cœur se débattait à défoncer sa poitrine. Sa respiration rauque était rapide. Il regarda autour de lui, ses sens en alerte. De doux rayons de soleil pénétraient la chambre, l’éclairant de sa réconfortante lumière. Il perçut un mouvement dans le lit. Se redressant tranquillement, prêt à attaquer l’inconnu, le souvenir de la veille sauta à sa conscience. Le roi prit une grande inspiration, calmant le flow d’adrénaline qui courait dans ses veines. Il retria sa chemise trempée pour enfiler son manteau. Après tout, il avait ce dont il avait de besoin, alors, dès que ce jeune homme serait sur pieds, ils quitteraient le territoire des schims.

Yurushi s’approcha de l’inconnu qui avait essayé de se relever.

- Doucement. Il est possible que vous ayez un léger traumatisme craniôcérébral.

Le roi retourna s’asseoir sur le bout de la chaise où il avait passé la nuit.

- Vous avez été agressés et je vous ai ramener avec moi. Nous sommes en territoire schim : la ville d’Esati. Nous allons cependant bientôt nous rendre en territoire dénartan. J’ai hâte de retrouver le confort de ma maison!

Sa voix avait un timbre neutre et léger. Il ne voulait pas parler trop fort et accentuer le mal de tête que devait sûrement avoir ce jeune homme.

- Ceux qui vous ont fait cela sont repartis chez eux, très cher.

Yurushi se releva et s’approcha de l’inconnu maintenant conscient. Il le regarda de plus prêt. Ses traits étaient particuliers, mais il n’y avait pas de doute, il appartenait à son peuple.

- Je suis Yurushi Aitô, souverain des terres dénartanes. Ressentez-vous le besoin de vous alimenter avant que nous quittions ce lieu?
avatar
Yurushi Aito
Connaissance

Messages : 88
Date d'inscription : 01/02/2015
Age : 237
Localisation : Kagéma

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je me pensais en sécurité (pv Yurushi)

Message par Masaru le Mar 19 Déc - 1:45

Masaru referma les yeux, ca donnais l'impression que la douleur était moins présente. Comme va il avait été sauvé? C'était rare ca.

- Esati... je sais où je suis, il faut croire que les coups répété me laissant presque pour mort on du servir a quelque chose finalement.

Masaru prit son temps à s'assoir avant de laisser ses jambes glisser en bas du lit. S’étirant un peu, il laissa Yurushi s’approcher, ses reflexe surement, arrêtant de bouger le temps que le roi l’examine. Il fallait dire qu’avoir vécu comme cobaye, l’avait habitué à être ce qu’on pourrait dire le patient parfait, se laissant observer sans protester.

- Par contre je ne connais pas les dernartans, je venais ici pour aller dans le territoire interdit, le territoire des monstres. Cette agression comme vous dite, avait justement pour but de m’empêcher de traverser cette douane je présume, alors dire qu’ils sont partis, vous affirmez quelque chose que je ne suis pas en mesure de vous croire. Ce n’était même pas leur première attaque, mais je dois avouer que leurs nouveaux équipements ma légèrement surpris. Mais maintenant cette stratégie ne fonctionnera pas une deuxième fois sur moi. D’ailleurs, je devrais penser a gardé mes distances maintenant.

Masaru laissa s’échapper un petit soupire de douleur pendant que sa main effectuait une légère ascension pour rejoindre sa tête qu’il sembla masser comme pour chasser la douleur. Certes ca lui prenait moins de temps à reconstituer ses souvenir, mais ca fessait quand même un mal de chien.

- Au juste comment avez-vous fait pour me récupéré? Il n’a pas du être facile de les combattre pour un homme seul, nous ne sommes pas dans un conte pour enfant, un homme seul ne vaut pas une armée. Bon c’est vrai que certaine personne pourrais vaincre une si petite troupe, mais le seul que je connais pourrait être le roi des monstres, par contre je le connais que de titre, car on m’a parlé de ses force de ses faiblesse, mais on m’a jamais indiqué qui il était. Mais bon, dit-il en tapant sur ses jambes. Oui j’ai un peu faim, mais je me sentirais mal d’abuser, vous m’avez déjà aidé en me sauvant alors me payer le repas, je n’aime pas trop l’idée.

Même si l’idée le répugnais un peu, la faim commençais à le dérangé un peu et il ne connaissait pas le prix d’un repas dans un auberge digne d’un roi.
avatar
Masaru
Populaire

Messages : 188
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je me pensais en sécurité (pv Yurushi)

Message par Yurushi Aito le Mer 27 Déc - 19:28

Yurushi contempla le jeune homme qu’il avait recueilli tandis qu’il prenait déjà la parole. Il fut bien content qu’il ne soit pas amnésique. La recherche constante de ce qui précédaient le fatidique évènement, amenant des lamentations incessantes, digne d’un mort vivant qui errait sans jamais trouver une lumière suffisamment brillante pour lui, le répugnait au plus haut point. Il n’aurait donc pas à subir cette torture mentale. Heureusement. Sinon il aurait bien pu prendre sa vie à la place des kidnappeurs de la veille. Cependant, il ne comprit pas l’analogie qu’apportait le reste de sa phrase. En toute honnêteté, il en avait rien à cirer. Yurushi ne posa donc aucune question sur l’explication entourant ce : « servir à quelque chose finalement ».

Le roi laissa le blesser s’asseoir, observant chacune de ses contractions musculaires. Était-ce par curiosité? Difficile à dire. Il s’était promis de protéger son peuple et de ramener la paix dans ce temps de guerre. Et cela, une personne à la fois s’il le fallait. Cependant, la patience finirait sûrement par lui manquer… Lorsque l’étranger rompit le silence qu’avait laissé ses dernières paroles, Yurushi s’assied sur l’éternel chaise qui bordait le lit. L’affirmation le surpris. Il fronça le sourcil, écoutant avec plus d’attention la suite.

Malgré lui, il pencha la tête sur le côté à la mention du « territoire des monstres ». L’emploi de ce mot pouvait désigner bien plus d’une race. La clarification serait pour plus tard. De plus, il était bien bavard, lui racontant son histoire sans aucune demande. Il avait presque hâte qu’il termine son monologue pour passer à autre chose. Ils auraient tout leur temps de discuter autour d’un bon repas et d’une succulente tasse de thé lorsque la chambre serait vidée. Yurushi n’aimait pas s’éterniser au même endroit, sauf, bien entendu, dans son palais bien mérité. Comme il avait supposé, le jeune homme avait mal à la tête. Peut-être que les préposés de l’auberge pourraient lui fournir une médication pour le soulager le temps qu’il n’arrive chez lui.

Avant qu’il ne prenne parole, ouvrant légèrement la bouche, le jeune homme s’élança dans le questionnement… questionnement suivis de suppositions. Et voilà qu’il pensait à voix haute. Au lieu de s’éterniser sur le sujet, il aurait simplement pu écouter la réponse à la simple question qui avait débuté ce monologue, lui sauvant de la salive et l’accentuation de son mal de tête à force de réfléchir. Yurushi prit une grande respiration, essayant tant bien que mal de respecter le sauvé, qui, d’ailleurs, ne s’était toujours pas présenté. La réponse à sa question ne fut en aucun point clair. Il se foutait bien de ses remords et de son malaise. Donc, fidèle à ses habitudes, il prendrait la décision finale. Libre au jeune homme de le suivre ou non.

- Tout d’abord, il m’est préférable de connaître votre nom à votre histoire. Ensuite, j’ai profité de la surprise de mon apparition pour vous libérer de leurs griffes. Finalement, descendons, le déjeuner nous attend.

Sur ces mots, il passa rapidement à la salle de bain pour s’arranger un peu et vider sa vessie. Une fois cela fait, les mains propres d’un lavage en profondeur avec le délicat savon à l’odeur rafraichissante de baies, il se dirigea vers la porte de la chambre, emportant avec lui ses minces valises : son veston. Il descendit l’escalier terne de l’auberge pour s’installer à une table ronde au fond de la grande salle. En cette heure matinale, il n’y avait que quelques personnes qui discutaient calmement. L’odeur de la nourriture grasse envahi ses narines. Sans commentaire, ni regard en arrière, il prit place près de la fenêtre et attendit son invité, comme la serveuse qui viendrait prendre sa commande. La cuisine de Margaret lui manquait déjà.

Une jolie femme, vêtue d’une robe verte, agencée avec ses yeux pétillants, s’approcha. Elle les salua. Yurushi ne demanda qu’une assiette de fruits avec un thé vert avant de reporter son regard sur le jeune homme, s’il l’avait suivi. Aucune restriction ne lui fut imposée. Il pouvait consommer ce que bon lui semblait.
avatar
Yurushi Aito
Connaissance

Messages : 88
Date d'inscription : 01/02/2015
Age : 237
Localisation : Kagéma

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je me pensais en sécurité (pv Yurushi)

Message par Masaru le Mar 19 Juin - 23:41

La faim commençais à ce faire sentir de plus en plus, durant que son corps commençais petit à petit à rétablir ses fonctions comme les signaux de faim et de douleur, dommage que celui de son mal de tête était revenu si tôt. n’ayant aucune pièce lui permettant de payer son repas, il préférait évité le sujet, ayant déjà bien assez profité de son hôte à son goût, il préférait souffrit de la faim que de se sentir plus redevable à celui ci. Laissant son hôte partir dans la salle de bain, Masaru en profita pour se recouché, fermant les yeux pour diminuer sa douleur au crâne.

- Oh mon nom oui… euh… et bien, moi c’est Masaru, ne me demandé ce que sa veux dire, je ne le sais pas ainsi que mon deuxième nom, car j’en n’ai pas. Les personne qui mon créé n’ont pas estimé bon de m’en donner.

Il sembla chercher mentalement dans sa mémoire, lui extirpent un petit rictus de douleur, mais rien de bien grave au vu de son état actuel.

- Non vraiment je n’en voie aucun.

Le fait de savoir que c’était la surprise qui l’avait sauvé, le fit sourire légèrement à l’ironie, il s’était fait avoir ainsi et ce n’était que retour des choses. Quand on pense a utilisé la surprise comme stratégie, il serais bon de ne pas ce laissé avoir pas la même chose. Masaru commença à s’imaginé le combat épic et expéditif que cela avait du être, imaginant la force extraordinaire du roi.

- J’aurais bien aimé voir dans quel état ils étaient après votre passage, vous devez être un grand guerrier.

Entendant des bruits de pas s’éloigner, il rouvrir les yeux, remarquant le roi ce dirigé vers la porte. Il se rassit, s’étirant un peu avant de se lever. Il n’était pas très tard au vu du soleil montant, mais il s’était assez reposé et avait déjà bien assez profité de se lit des plus confortable, ça fessait un moment qu’il avait pas si bien dormit, même si le lit était le plus mous qu’il avait essayé. Mais bon son objectif restait à porté et s’il partait maintenant, il arriverait bien assez vite dans un endroit où il pourrait ce cacher et où les soldats humains penserait à deux fois avant de d’aventuré. Arborant un regard déterminé, il épousseta ses vêtements avant de se dirigé vers la porte.

Descendant les escaliers, il remarqua la table où était assit l’homme et alla le rejoindre avant de s’asseoir. Il ne savait pas vraiment ce qui était acceptable de dire, mais il ne pu trouvé des mots pour le remercier correctement avant que la serveuse ne s’approche, ce qui mit fin à ses réflexions. Entendre le roi passé sa commande provoqua de petits bruits mal camouflé de son estomac, mais quand la serveuse le regarda pour prendre sa commande, il fit signe que tout allais et qu’il n’allais rien prendre. Même si celle ci avait sûrement entendu son ventre crier famine, il refusa de commandé jusqu’à ce qu’elle abandonne. Regardant ensuite le dénartan.

- Merci, mais je crois que je vous doit déjà assez et vu que ma destination est tout proche, je trouverait bien quelque chose a mangé d’ici là. Au pire il le volerait pensa t-il pour lui même. Mais bon, merci beaucoup pour votre aide, sans vous je n’aurais certainement pas passé la dernière frontière me séparent de mon objectif, il me reste que quelque pas avant d’être en territoire des monstres et là je devrait être en sécurité, je veux bien vous tenir compagnie le temps que vous mangiez pour vous remercier, mais je crois bien que malheureusement c’est tout ce que je pourrait faire, mais ne vous enfaîte pas, après je vous laisserais tranquille, vous laissant retourné à vos occupations, j’ai déjà beaucoup trop profité de votre aide.

Masaru s’étira à nouveau avant de s’asseoir plus confortablement dans la chaise, ne sachant pas trop de quoi parler ensuite.


Dernière édition par Masaru le Jeu 8 Nov - 22:13, édité 1 fois
avatar
Masaru
Populaire

Messages : 188
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je me pensais en sécurité (pv Yurushi)

Message par Yurushi Aito le Mer 12 Sep - 21:09

La réponse du blessé révélait une certaine confusion. La signification de Masaru... comme si l’intéressait réellement. Peu importe. Il n’avait donc aucun nom de famille. Cela signifiait sûrement qu’il n’avait pas d’identité tangible. Voilà qui facilitait la position des humains dans son cas. Surtout que ces derniers avaient perdu un sujet d’expérience. Décidément, cette race ne savait pas faire grand-chose! Même la surveillance de leurs sujets de laboratoire leur était un défi.

Yurushi étira un sourire en entendant que le plus jeune était curieux de connaître l’état des soldats humains suite à leur rencontre. Lui-même aurait bien aimé savourer l’étonnement dévisageant les visages de ses adversaires.

- Vivants et bouche-bée, pourrais-je dire, dit-il comme réponse avant de s’élancer dans l’escalier.

Fidèle à ses habitudes, il s’assied à une table reculer des quelques clients de l’auberge. Le roi aimait la tranquillité, et, pour discuter avec Masaru, il trouvait cela préférable à un brouhaha incessant des conversations aux autres tables. À son contentement, son protégé vint s’asseoir à ses côtés. Il fut surpris que ce dernier ne veille pas profiter de ce qui lui était offert. Selon lui, il fallait saisir l’opportunité lorsqu’elle se présentait. Voyant la serveuse qui recula d’un pas, il lui fit signe d’attendre. Ce qu’elle fit. Le roi jugea d’un œil le dénartan aux petites cornes et dit à la serveuse de lui apporter une assiette d’œufs et de bacon. Elle approuva d’une petite révérence. Est-ce que le roi avait fait cela pour l’embêter? Probablement. Par contre, ce geste représentait plus sa valeur d’entraide pour une personne dans le besoin. Chose sûr, ce n’était en rien de la pitié, car Yurushi n’avait pas de pitié.

- Je n’ai pas besoin de compagnie, jeune homme, dit-il avec un sourire en coin. Cependant, j’ai des questions. Et cela me suffit amplement comme remboursement pour mon temps et pour le déjeuner.

Il croisa ses mains sur la table, fixant Masaru de ses yeux améthyste.

- J’aimerais tout d’abord connaître qui sont « ces montres » dont vous me parlez depuis ce matin? Quels sont leurs caractéristiques?

Dans sa définition, les monstres étaient des créatures pour faire peur aux enfants, mais ils n’existaient pas. Plusieurs créatures méritaient ce titre dans ce monde sans pitié, mais chacun était identifié par une race. Dans ce cas-ci, de quelle race s’agissait-il? Curieux de nature, Yurushi cherchait à découvrir le monde à travers l’univers de cet inconnu. Il n’avait pas eu peur de lui, même s’il présentait des différences majeures avec les humains.

- Et pourquoi ces « monstres » accepteraient-ils de vous protéger?

Yurushi avait été bien chanceux dans son jeune âge pour avoir été sauvé par un village mixte. Certes, la dirigeante du groupe l’avait bien manipulé à ses fins, lui révélant qu’on ne pouvait que réellement compter que sur soi-même.

Et qui sait, peut-être se révélerait-il un atout précieux pour ses rangs en sachant qu’il appartenait sûrement aux dénartans. Il était évident que le roi avait l’intention de lui faire passer des tests sanguins pour confirmer sa génétique. Par contre, cela ne ferait pas partie de la conversation dans l’immédiat.
avatar
Yurushi Aito
Connaissance

Messages : 88
Date d'inscription : 01/02/2015
Age : 237
Localisation : Kagéma

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je me pensais en sécurité (pv Yurushi)

Message par Masaru le Jeu 8 Nov - 22:17

Quand le roi retenu la serveuse, Masaru se rédie, sachant ce qui serais surement la prochaine action du roi. Il ne pu retenir son soupir quand son idée se confirma. S’il n’avait pas été son sauveur et si son raidissement n’avait pas réanimé sa douleur, il l’aurait bien attrapé par le collet pour lui faire avaler son refus, mais pour l’instant l’homme était chanceux qu’il lui soit redevable. Mais bon, le mal était fait, il n’était pas pour laisser la nourriture se gaspiller quand il mourrait de faim. Il lâcha un autre soupir tout en relâchant les muscle de son corps calmant un peu de sa douleur par la même occasion.

La phrase du plus vieux attira l’oreille du jeune semi dénartan, un remboursement? Des réponses à des questions? Il ne savait presque rien du monde, que pouvais bien valoir ses réponses?

- Je veux bien, mais je ne crois pas que mon savoir vaut aussi chère, mais bon je vais essayer de répondre du mieux que je peux.

Un être si peu âgée comparé à son interlocuteur, l’homme en face de lui devait connaitre beaucoup plus de chose.

- Les monstres hein? Et bien je n’en ai pas vu de mes propres yeux, c’était surtout de la théorie de leur point faible et des photo anatomique, de leur bâtiment en général aussi… il avais aussi cette carte, c’est grâce a cela que je sais que leur territoire commence juste de l’autre côté de la frontière proche d’ici.

Dans le fond, les monstres ont des cornes un peu comme les miennes mais plus longues,
dit-il en relevant ses cheveux. Il ouvrit ensuite la bouche pour toucher ses canines, ils ont aussi des canines plus développer que moi. Ils ont aussi les oreilles pointues, ainsi que les ongles quasi comme des griffes. Sinon ils ont toujours une marque sur le corps, mais celle-ci change tout le temps alors je ne peux pas vraiment l’expliquer, il retira son gant laissant apparaître sa propre tâche, mais je peux te montré la mienne, car pour les humains je suis un semi monstre. Et pour finir, cela ne se voie pas, mais les monstres ont une sorte de réserve de pouvoir un peu sous le sternum, c’est même un bon point faible, dans le pire des cas ça les handicape grandement et dans le meilleur cela les tue littéralement alors ça ou la tête, c’est une des cible a abattre sur eux et qui est le plus facile a touché avec une arme à feu.

Masaru eu un petit rictus, un sourire en coin tout en levant les épaules à la deuxième question du roi.

- Pas besoin qu’il accepte et de plus, même si par hasard je serais repéré et poursuivi, qu’est-ce que ça changerait à ma situation? Je continuerais de courir et de me cacher, avec le temps j’ai pris l’habitude de le faire dans tous les cas. La seule chose que j’ai de besoin, c’est que les humains me croient sur ce territoire, car s’ils les appellent des monstres, par logique il ne veule pas avoir affaire à eux et c’est une race intelligente, alors une race qu’il n’aime pas qui se promené sur leur territoire en toute impunité, devrait causer quelque problème que mes créateurs voudront simplement éviter. Disons que je me sers de la politique à mon avantage c’est tout.

Il se donna des petits coups sur sa tempe avec un grand sourire.

- Je me sers de ma tête c’est tout, dit-il pendant que son sourire se transformais en rictus de douleur retenu.
avatar
Masaru
Populaire

Messages : 188
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je me pensais en sécurité (pv Yurushi)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum